Maria Isabel Rondon

Nouvelle voix en danse de la scène montréalaise, interprète et chorégraphe à la signature unique, Maria Isabel RONDON  possède un langage résolument contemporain dans lequel se mélangent capoeira, danses de divinités afro-brésiliennes et technique Silvestre.

Ayant grandi avec trois cultures – née d’un père dominicain, d’une mère québécoise et élevée par un beau-père libanais –, Maria Isabel Rondon est à l’image du Montréal d’aujourd’hui : métissée, plurielle et éclatée. Diplômée de l’Université d’Ottawa en sciences des religions, Rondon amorce sa carrière de danseuse en s’initiant à la capoeira, un art martial afro-brésilien. Dès 2005, elle s’envole parfaire sa formation en danse au Brésil où elle reçoit les enseignements de Vera Passos et Rosângela Silvestre, la fondatrice de la technique Silvestre – danse contemporaine inspirée des danses des divinités afro-brésiliennes, les Orixas. En 2008, elle obtient le titre de professeure de la technique Silvestre, qu’elle enseignera plus tard à Montréal. Elle profite de son séjour au Brésil pour découvrir le Candomblé, un culte afro-brésilien dont elle étudiera l’univers mythologique, les rituels, la musique et, bien sûr, les danses.

La vision artistique de Maria Isabel puise dans les symboles ancestraux issus principalement de la culture afro-brésilienne afin de créer des univers riches et exaltés. Son langage précis et contrasté est élaboré grâce à des mouvements rigoureux et des changements d’état qui arrivent de façon souvent inopinée. Ses chorégraphies se démarquent par leurs géométries surprenantes et le caractère animal du mouvement.

Éclectique et talentueuse, Rondon est aussi artiste peintre. Cette pratique enrichit son langage chorégraphique et elle compose les scènes comme un tableau dans lequel la lumière et l’ombre prennent une place majeure et influencent le jeu.